Emilie Poisson, directrice exécutive de Convergences

« Ensemble, Innovons pour un monde 3zero », tel était le motto du 10e Forum Convergences, qui a choisi de se concentrer pour cette édition sur certains objectifs de développement durable comme la consommation responsable, l’accès à l’eau ou à l’énergie.

Humanitaire dans plusieurs ONG, Emilie Poisson a travaillé notamment pour ACTED en République Démocratique du Congo, au Tchad ou au Sud Soudan. A Calais pour répondre à la crise migratoire, elle travaille sur les systèmes d’accès à l’eau. Frappée de voir une crise humanitaire de cette ampleur dans notre pays, elle change d’échelle et cherche à comprendre les causes de ces situations critiques. Emilie Poisson rejoint Convergences en mars 2016 pour tenter d’apporter des réponses en mobilisant de nombreux secteurs.

Convergences fête son 10e anniversaire, qu’est-ce qui a changé en 10 ans ?

Lorsque Convergences a été créée en 2008, parler de partenariat ou de collaboration multi-acteurs était presque incongru. Aujourd’hui, dire que l’union fait la force n’est plus qu’un proverbe, c’est une réalité ! Il faut désormais mettre cela en œuvre. L’acceptation de travailler ensemble et d’être des acteurs pour agir collectivement sur les Objectifs du Développement Durable est une chose intégrée désormais.

Quels ont été les premiers acteurs impliqués et quels sont ceux qui ont un peu de retard ?

Les premiers mobilisés étaient les acteurs de la microfinance. Ils étaient déjà là pour agir sur la pauvreté dans les pays en voie de développement. Les investisseurs, le secteur public, les O.N.G, essayent maintenant de partager les connaissances afin d’établir des partenariats. Très vite, le Crédit Coopératif a répondu présent et a souhaité nous suivre dans cette réflexion. Progressivement, ce sont les acteurs de l’économie sociale et solidaire qui nous ont rejoint. Le monde humanitaire reste parfois encore à convaincre car le secteur privé peut être décrié comme souhaitant une privatisation de l’aide.

Pouvez-vous me donner quelques exemples d’intervenants qui vous ont particulièrement marqué lors de cette édition ?

J’aime beaucoup les jeunes innovateurs, qui ont envie de mettre le numérique au service du bien commun comme Gael Musquet, fondateur de Hackers Against Natural Disasters qui nous a montré comment hacker de la data et comment l’open data peut être mise au service du bien commun, pour informer et préparer des populations aux catastrophes naturelles. J’ai beaucoup aimé également Saran Kaba Jones, qui est la fondatrice de Face Africa qui travaille sur l’accès à l’éducation des jeunes filles en Afrique. Enfin j’ai trouvé Isabelle Kocher, la directrice d’Engie particulièrement inspirante. Ce ne sont que quelques exemples de très bons speakers, il serait difficile de tous les citer.

A lire Aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *