Confinement: forte hausse des violences contre les femmes

Depuis le début du confinement mis en place par le gouvernement, le nombre de violences faites aux femmes n’a cessé d’augmenter. Le ministère de l’Intérieur a constaté une hausse de 32% de signalements de violences conjugales en zone gendarmerie et de 36% dans la zone de la préfecture de police de Paris en seulement une semaine.

C’est donc dans ce contexte que le ministre de l’Intérieur a annoncé la mise en place d’un plan d’aide aux femmes battues. Ces femmes victimes de leur conjoint violent pourront lancer l’alerte directement depuis leur pharmacie. Au moment d’aller acheter leur médicament, seules, les femmes pourront à l’aide d’un code, par exemple « masque 19 », prévenir le pharmacien qui se chargera d’alerter les forces de l’ordre. Un dispositif déjà mis en place en Espagne.

Depuis le début du confinement, les associations féministes et les ONG se mobilisent sur ce sujet. La Fondation des Femmes explique : « les associations spécialisées ont de grandes difficultés à trouver en urgence des solutions d’hébergement dans des conditions dignes et sécurisées tandis que les salariées des associations d’écoute et d’accueil ne sont pas équipées convenablement pour assurer une aide et un suivi depuis leur domicile. »

Face à cette situation alarmante, la Fondation des Femmes a lancé un fonds d’urgence exceptionnel pour répondre au plus vite aux besoins des femmes victimes de violences. Parmi les priorités: reloger en urgence les femmes qui fuient leur conjoint violent, orienter les femmes qui ont besoin d’aide, subvenir aux besoins de première nécessité des femmes en situation de précarité.

L’ONU Femmes France a également tiré la sonnette d’alarme et a décidé de lancer une plateforme de dons en ligne afin de soutenir les femmes touchées de près ou de loin par cette épidémie. L’ONU Femmes France rappelle que 70% du secteur de la santé et du soin est occupé par des femmes : elles sont donc en première ligne dans la lutte contre le coronavirus.

Il est donc primordial de soutenir celles pour qui confinement est synonyme de danger immédiat.

Autre type de violence cette fois, un enfant de 6 ans a perdu la vie après avoir été violemment frappé par son père ce vendredi 27 mars en Seine-Saint-Denis. Le père de famille de 45 ans, mis en examen et écroué a reconnu les faits et est passible de quinze ans d’emprisonnement.

Si vous souhaitez faire un don à la Fondation des Femmes, rendez-vous sur : https://fondationdesfemmes.org/

Et pour faire un don à ONU Femmes France, rendez-vous sur : https://www.onufemmes.fr/don-coronavirus

0 Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *