Covid-19 : les femmes en 1re ligne

Un mois après le début du confinement, plusieurs études ont constaté que les professions en première ligne durant la crise étaient occupées majoritairement par des femmes.

Alors que la pandémie de coronavirus touche la planète depuis plusieurs mois, un constat très clair se dessine. La part des femmes dans les personnes en première ligne dans la lutte contre le coronavirus est très importante.

C’est en tout cas ce qu’estimait l’ancienne ministre Christiane Taubira, sur France Inter. Elle a affirmé que : « ce qui fait tenir la société, c’est d’abord une bande de femmes. » En effet, selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), il existe de grandes disparités dans les métiers de caissiers, infirmiers, aides-soignants ou d’agents d’entretien.

Selon les chiffres de la Fédération du commerce et de la distribution, 9 caissiers sur 10 sont des femmes en France, ce qui représente sur un total de 150 000 caissiers, environ 135 000 femmes. Une autre profession majoritairement composée de femmes : les agents d’entretien. Ici encore, 7 agents d’entretien sur 10 sont des femmes, d’après le ministère du Travail.

Autre secteur où les femmes sont sur-représentées : le secteur hospitalier. Les aides-soignants sont composés à 90% de femmes et environ 87% pour la profession d’infirmier. Et enfin, la profession de préparateur en pharmacie est, elle aussi, occupée majoritairement par environ 90% de femmes, toujours selon l’INSEE.

C’est dans ce contexte de crise qui a mis les femmes en 1re ligne, que la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes Marlène Schiappa, a annoncé avoir chargé la députée LREM des Hauts-De-Seine Céline Calvez d’une mission concernant « la place des femmes en temps de crise ». Selon un communiqué de la secrétaire d’État, la députée devra « analyser la place des femmes expertes dans les médias au sens large en cette période de confinement et de crise, la place des femmes journalistes, et de formuler des propositions pour s’assurer de leur représentativité ». Cette décision fait suite notamment au tollé apporté par la Une du Parisien qui mettait en avant « Quatre experts masculins » et pas d’experte, pour construire « le monde d’après ».

La Une controversée du Parisien

Par ailleurs, le Premier ministre vient d’annoncer qu’une prime de 1 500 euros sera versée pour tous les personnels des services de santé qui gèrent la crise du Covid-19 dans les départements les plus touchés.

0 Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *