Mobilisation citoyenne

#StopVFF (Stop Violences Faites aux Femmes) est le nom de la Grande Cause lancée par Make.org

Cette jeune Civic Tech rassemble pour l’occasion plus d’une vingtaine d’associations comme Osez le féminisme, Ni Putes Ni Soumises, Femmes solidaires, Une Femme un Toit, la FNSF… Cette coalition unique est soutenue par des partenaires fondateurs comme la fondation Kering ou Facebook ou encore des partenaires soutiens comme TF1, l’Obs, la Région Ile de France.

L’objectif est de mobiliser 500 000 personnes en proposant à l’ensemble des citoyens de participer à cette consultation, puis ensuite de passer à l’action avec la mise en œuvre de 10 propositions émergentes qui auront été les plus emblématiques. Ces solutions viennent compléter l’action de l’Etat qui a un « rôle normatif afin de définir des règles et des gardes fous. Cependant, le changement des mentalités viendra de l’auto-saisie de la société civile et c’est cela notre priorité » explique Axel Dauchez, fondateur de Make.org, une plate-forme de mobilisation citoyenne d’un nouveau genre.

Cent parrains et marraines portent cet engagement et se mobilisent contre le terrible fléau des violences faites aux femmes comme Anne-Claire Coudray, David Pujadas, Teddy Riner, Clara Gaymard, Gilles Bouleau, Nikos Aliagas, Louise Monot, Jacques Séguéla, Natoo…Le comité ONU Femmes en France s’est également associé à cette initiative qui se déroulera sur 3 ans.

Cette campagne a déjà touché presque 3 millions de personnes notamment grâce à la puissance de Facebook. Plus d’un millier de propositions ont été déposées témoignant une nouvelle fois de cette parole libérée mais également d’une volonté des citoyens de passer concrètement à l’action. Toutes les thématiques sont évoquées et couvrent un large spectre de violences : le harcèlement de rue, le viol, le cyber harcèlement, aussi bien que les violences physiques ou encore les mutilations forcées.

Dans les résultats préliminaires qui se dessinent, beaucoup d’initiatives proposent « d’agir sur l’éducation et la prévention » indique Axel Dauchez.

Début 2018, une consultation similaire sera menée en Suisse, en Belgique, en Italie, au Royaume-Uni.

Si vous aussi vous souhaitez participer et proposer des solutions, rendez-vous sur la plate-forme Make.org.

À partir de février, 10 actions seront sélectionnées pour leur impact décisif et elles seront révélés le 8 mars prochain à l’occasion de la journée mondiale de la femme.

A lire Aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *