Meet THE Man: JEAN-PIERRE AUBIN

Nous avons rencontré Jean-Pierre Aubin, directeur exécutif du groupe BGC, une société de courtage, à l’occasion de son soutien unique à l’exposition d’Hergé. Un Mécène d’honneur qui a décidé de mettre au coeur de l’action de la compagnie une aide à l’enfance tant culturelle que médicale ou sociale.

ENFANCE ET EDUCATION

Aurel BGC entreprend depuis près de 5 ans, un grand mécénat artistique par an. Le Grand Palais a ainsi reçu le soutien d’Aurel BGC sur des expositions d’envergures. Après Mapplethorpe, American Icons ou Keith Haring, Jean-Pierre Aubin a décidé de contribuer à cette grande exposition sur le célèbre créateur de Tintin. Dans la préface de l’ouvrage de l’exposition, il rend d’ailleurs hommage à Hergé en tant qu’artiste, puisque de nombreuses peintures de l’homme sont présentées dans cette rétrospective unique en son genre. On y découvre d’ailleurs également les affiches publicitaires réalisées par le dessinateur belge.

Pour apporter son importante aide financière, Jean-Pierre Aubin a posé ses conditions. Il se qualifie d’ailleurs de “mécène exigeant” quitte à devenir un véritable “casse-tête pour le Grand Palais”, il a notamment tenu à ce que les oeuvres soient présentées à un jeune public. Des centaines d’enfants auront le privilège de visiter cette rétrospective unique en son genre. Le mardi, jour habituel de fermeture du musée, est réservé à des écoliers d’une dizaine d’années, qui découvriront bien sûr également les croquis, les dessins qui se cachent derrière la réalisation des 24 célèbres albums de Tintin. Dans l’esprit de Jean-Pierre Aubin ” il faut faire entrer les enfants au musée”. Il se désespère d’ailleurs que les enseignants ne soient pas mieux considérés et espère voir un jour “l’éducation et la culture au coeur du système.”

Le travail d’Hergé, Jean-Pierre Aubin a voulu qu’il soit accessible aux plus jeunes, y compris à des enfants dans des zones en difficultés ou à des enfants malades. Il a ainsi organisé l’accès à des classes de la Fondation “Espérances Banlieues” mais aussi à “deux classes d’enfants médicalisés qui viennent des Hôpitaux de Paris, dont une de Necker, avec une quinzaine d’enfants en fauteuils roulants.”

UN PROJET EN ACCORD AVEC LE CHARITY DAY

Les engagements de Aurel BGC ne datent pas d’hier. Howard W Lutnick, PDG de BGC Partners, fait parti des rares rescapés des attentats du 11 septembre 2001, jour où l’entreprise a perdu 658 de ses employés. Depuis, les bénéfices de cette journée sont dédiées à des associations. Jean Pierre Aubin a décidé de consacrer cet argent du “CHARITY DAY” à des organismes qui apportent leur aide à l’enfance. Cette année par exemple, il a sélectionné l’association “Coucou nous Voilou”, “qui égaye les hôpitaux, car les enfants peuvent être effrayés par ces soins, les gouttes à gouttes, l’atmosphère glacial.. .” Parmi les autres organisations caritatives aidées en 2016, on retrouve l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), la Fondation des Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, la Fondation Paris-Saint-Germain et encore la Fondation Espérance Banlieues. Jean-Pierre Aubin est un fédérateur, il amène également beaucoup de personnes à se mobiliser. C’est le cas de ses employés qui, pour certains d’entre eux, souhaitent désormais faire des dons sur leur propres fonds, ou encore des clients et non-clients qui, le 11 septembre, jouent le jeu financièrement en répondant aux opérations sollicitées par des personnalités artistes, comédiens ou sportifs, brokers d’un jour.

Les années précédentes, le CHARITY Day” en France avait apporté sa contribution à des associations qui venaient en aide notamment aux femmes en Afrique ou en Inde. Aujourd’hui, Jean-Pierre Aubin a trouvé une véritable ligne directrice dans son mécénat en alliant soutien culturel et social autour de l’enfance.

 

A lire Aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *