Hommage à Elie Wiesel

Maurice Lévy, président du conseil du surveillance de Publicis, avait convié un nombre de personnalités importantes à la Sorbonne afin de rendre hommage à Elie Wiesel, ce rescapé de la Shoah, devenu l’incarnation de la mémoire et radar de l’horreur, en présence de Marion Wiesel, la veuve de l’universitaire et homme de paix.

Parmi les invités, l’ancien président Nicolas Sarkozy a salué la prise de conscience collective apportée par Elie Wiesel, et mis en garde contre « la déconstruction de l’histoire, véritable cancer du relativisme ».

Maurice Lévy a partagé ses échanges amicaux avec Élie Wiesel, et a salué le messager de paix et l’humanité qui l’animait. Il a rappelé combien son combat pour la mémoire des morts est essentiel, mais aussi ses luttes contre les discriminations, la violence, et l’importance de la transmission.

Des extraits de l’ouvrage d’Elie Wiesel, la Nuit, ont été lu par Francis Huster pour dire l’obligation humaine et morale de témoigner pour les victimes.

Valérie Toranian a salué le « porte-voix des sans-voix » et Franz-Olivier Giesbert a rappelé suite à sa disparition que : « mourir, c’est revivre dans la tête des autres. »

Elie Wiesel était de ces hommes qui inspire le respect, et qui prouve que la réponse à la haine est d’abord l’éducation et non le renoncement.

Le grand rabbin de France Hahim Korcia, a également insisté sur le devoir de se souvenir : « ne pas transmettre une connaissance, c’est la trahir. »

Bernard-Henri Lévy a expliqué quel avait été le poids d’Elie Wiesel dans ce siècle et le rôle qu’avait eu ce « juif lumineux » sur les présidents américains comme Clinton ou Reagan « pour dire le juste, le vrai et interdire les dérapages. »

Elie Busyn et Izio Rosenman, deux compagnons de déportation, Michael de Saint Chéron, philosophe et spécialiste d’Elie Wiesel, David de Rothschild, Président de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah ou encore à Raphy Marciano, directeur de l’institut Elie Wiesel, ont aussi salué le parcours exceptionnel de cet éternel combattant pour la paix, lors de cette soirée animée par la journaliste Marie Drucker.

A lire Aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *