Greenpeace : la campagne climat qui dérange

C’est une campagne visant à dénoncer l’inaction des responsables politiques que l’ONG a réalisé. La régie s’occupant de l’affichage des publicités dans le métro parisien l’a cependant rejeté.

Pour alerter et dénoncer les dangers du réchauffement climatique Greenpeace a souhaité diffuser un message fort et impactant. La campagne, au-delà d’informer sur l’urgence climatique, pointe aussi l’inaction et l’inefficacité des dirigeants politiques. Le film montre en effet un ensemble de catastrophes naturelles telles que la fonte des glaces par exemple, avec un iceberg en forme de syllabes « bla-bla-bla » s’effondrant et un discours de Nicolas Sarkozy en fond. Puis d’autres catastrophes sont également rythmées au son de discours d’autres présidents, comme François Hollande ou Emmanuel Macron.

Le film de la campagne publicitaire de Greenpeace

UN MESSAGE TROP POLITIQUE

La campagne proposait aussi des affiches dans le métro parisien avec la photo de ce même iceberg, et le message « Face à l’urgence climatique, les discours ne suffisent pas. Le gouvernement doit agir. » Pourtant, la régie publicitaire des transports parisiens Mediatransports a interdit l’affichage de cette publicité dans le métro. L’ONG a déclaré que le propos a été jugé «un peu trop engagé » et « trop politique » par la régie et les cinémas. La directrice de la communication de Mediatransports, Alexandra Lafay, a précisé en effet que « dans les contrats avec la RATP et la SNCF, nous n’avons pas le droit de diffuser des campagnes qui ont un caractère politique ou religieux en raison d’un devoir de neutralité », en expliquant que : « cette campagne ne respecte pas ce devoir de neutralité puisqu’elle mentionne l’inaction des décideurs politiques. »

DEUX POIDS DEUX MESURES

Selon l’ONG, cette campagne « rappelle simplement sur qui reposent les principales responsabilités. » Pour Jean-Francois Julliard, directeur général de Greenpeace France « il est surprenant de constater que Mediatransports considère des affiches rappelant l’urgence climatique comme indignes du métro parisien, alors que les compagnies aériennes par exemple y développent des campagnes d’ampleur, incitant les voyageurs à prendre l’avion comme d’autres prennent le métro. »

Cette campagne a bien été autorisée dans d’autres grandes villes de France puisqu’elle est visible dans les villes de Bordeaux, Lille, Lyon, Montpellier et Toulouse, depuis le 2 mars.

Si vous souhaitez soutenir Greenpeace, rendez-vous sur le site officiel : https://www.greenpeace.fr/

0 Partager
Article précédent

WOMAN : un document d’exception

Article suivant

Bulgari & Save The Children : 10 ans d’action

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *